Timbila - Blog - Paul Nas, le Balafoon est ma Passion!
32471
post-template-default,single,single-post,postid-32471,single-format-standard,bridge-core-3.0.5,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-29.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,qode-wpml-enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-6.10.0,vc_responsive

Réparation d’une Timbila

Cet été, j’ai effectué la réparation d’un Timbila, un instrument à barre de son utilisé par les Chopi du Mozambique. Les barres de son sont en bois de padouk, donc pas de bois de rose cette fois-ci !

Origine

Je n’en avais jamais entendu parler ni vu de copie auparavant, mais j’ai reçu la demande de Konstantyn Napolov, un percussionniste / chef d’orchestre / interprète de La Haye. Il est un grand promoteur de la percussion moderne, écrit de la musique pour elle et donne des concerts intéressants en tant qu’artiste solo ou avec un orchestre. Vois son Web très intéressant ici !

C’est un ami qui lui a offert cet instrument, avec lequel il a agrandi sa collection d’instruments de percussion (il utilise parfois jusqu’à 100 instruments lors d’un spectacle !) Cependant, lui non plus ne savait pas ce que c’était exactement. J’ai demandé à Youssouf, mon professeur au Burkina, s’il connaissait cet instrument et il a mentionné le Timbila. Cela m’a permis de chercher plus loin et de trouver plus d’informations et de vidéos sur internet.

Lames / Barres de son

D’après la photo et le film que j’ai partagés avec Youssouf, il pense que le bois utilisé pour les barres de son est du « Padouk », qui est largement utilisé à Kameroun pour les instruments à barres de son. J’ai comparé la Timbil avec un instrument que j’ai moi-même reçu et conservé comme une curiosité, mais qui était similaire à la Timbila de Konstantyn en termes d’apparence générale et de méthode de fixation des calebasses. De façon surprenante, les deux instruments se sont avérés similaires. Cela a renforcé ma conviction de ne pas modifier fondamentalement l’accord de la Timbila de Konstantyn.

En fin de compte, il s’agit probablement du bois hautement résonant de l’arbre mwenje (éternuement) à croissance lente du Mozambique. Cela m’a mis sur la piste du padouk et j’en ai trouvé plus tard de beaux lots à vendre (avec lesquels je vais maintenant fabriquer mes propres balaphones, voir l’article du blog à ce sujet). Le souhait de Konstantyn était de garder l’accord de l’instrument aussi original que possible et, au moins, de ne pas convertir fondamentalement l’accord à nos accords occidentaux connus. Par conséquent, dans cette zone, je n’ai accordé les octaves utilisées dans l’instrument qu’un peu plus aiguës. En outre, bien sûr, les résidus de colle et autres saletés ont été éliminés.

Gourds

Les gourdes avaient un beau travail à faire. À l’origine, une autre gourde était attachée à chaque gourde et placée sur la membrane de mesure de la grande gourde. Ces mini-calebasses amplifiaient le son de l’effet de zoom appliqué à la grande calebasse par la membrane. Cependant, certaines des mini-calebasses avaient disparu et j’avais donc du travail à faire avec celles-ci.

J’espère qu’il l’appréciera encore plus maintenant.

UNESCO video

Hymne national du Mozambique sur Timbila

Concert au rue

Enregistrements de la télévision de 1973 – 53 minutes

Extrait du site de l’UNESCO : Les communautés Chopi vivent principalement dans la partie sud de la province d’Inhambane, dans le sud du Mozambique, et sont célèbres pour leur musique orchestrale. Leurs orchestres se composent de cinq à trente xylophones en bois, appelés timbila, de tailles et de hauteurs différentes. Les timbila sont des instruments en bois finement travaillés et accordés, fabriqués à partir du bois à forte résonance du mwenje, un arbre à croissance lente. Un résonateur fait de calebasses est fixé sous chaque latte de bois, hermétiquement scellé avec de la cire d’abeille et tempéré avec l’huile du fruit nkuso, ce qui donne au timbila son riche son nasal et ses vibrations caractéristiques. Les orchestres sont composés de maîtres et d’apprentis timbilistes de tous âges, les enfants jouant aux côtés de leurs grands-pères.
Chaque année, plusieurs nouveaux morceaux sont composés et joués lors de mariages et d’autres événements communautaires. Les rythmes de chaque thème sont complexes, de sorte que la main gauche du joueur exécute souvent un rythme différent de celui de la main droite. Les représentations durent environ une heure et comprennent des thèmes pour solo et pour orchestre, avec différents tempos. Les danses spéciales de la timbila, exécutées par deux à douze danseurs devant l’orchestre, sont étroitement liées à la musique. Chaque représentation de timbila comprend le chant solennel du mzeno, interprété par les danseurs, tandis que les musiciens jouent doucement et lentement. Ces paroles, pleines d’humour et de sarcasme, reflètent les problèmes sociaux contemporains et servent à relater les événements de la communauté.
La plupart des interprètes de timbila expérimentés sont âgés. Bien que plusieurs maîtres de timbila aient commencé à former de jeunes musiciens et aient inclus des filles dans leurs orchestres et groupes de danse, les jeunes perdent de plus en plus le contact avec cet héritage culturel. En outre, la déforestation a entraîné la raréfaction du bois nécessaire à la production de la sonorité particulière des instruments à timbales.

Paul Nas
paul@paulnas.nl
No Comments

Post A Comment