Diarra Allay - Paul Nas
21186
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-21186,bridge-core-1.0.5,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
 
Balafon pentatonique

Diarra Allay

Dernière adaption 27 octobre 2019
D

Diarra Alley est une composition Bambara (Dioula) pour Balafon originaire du Mali/Burkina Fasso.

« Être aimé par Dieu est plus important que d’être aimé par un homme ou une femme. » Diarra Alley signifie : « Dieu m’aime »

Cette musique raconte l’histoire d’un joueur de balafon (balafola) qui vient jouer à un mariage et découvre que la mariée est un de ses anciens amours. Leurs sentiments étaient  partagés mais non sexuels. La mariée lui demande de jouer une chanson d’amour pour son mari et elle. Le balafoniste assure avec sa musique que le mari n’a pas besoin d’être jaloux.

Diarra mogo jee, um ma dja mogo jee
Diarra allaye ki ti ba na

Ou bien:
Dia allah moggo yee, um ma, dia mogo yee
di allah allayee ki ti ba na

« Dieu m’aime et j’aime Dieu »
« S’il quelqu’un ne m’aime pas, il n’y a pas justice! »

La vidéo a été enregistrée à Konsankuy au Mali en  2012. Youssouf et Kassim Keita jouent le balafon,  Farabe ‘Yaya’ Dembele joue sur deux Tamas (talking drum), Vieux Keita (†) sur Karandjan; la chanteuse est Fatoumata Sanogo.

Sources:

Youssouf en Kassoum Keita, Konsankuy, Mali 2012

historique des mises à jour
  • 27 octobre 2019: Ajout de percussions
  • 27 december 2018: Motifs construits en difficulté
  • août 2018: Nouveau
No Comments

Post A Comment